Le blog des Chevaliers d'Apollon

Le blog des Chevaliers d'Apollon

Le pouvoir du son sur la matière

Une des thématiques principales de ce livre est le pouvoir du son sur le corps humain et sur la matière.

(Nous pouvons parler de "son" de manière générale puisque dans le langage actuel, le terme désigne aussi la musique. Le fait que l'on puisse parler de "bon son" en parlant de musique, et même de musique classique, est d'ailleurs une aberration...)

Voici quelques réflexions et recherches concernant le pouvoir du son, développées dans Les Chevaliers d'Apollon... et sur la différence d'expérience musicale entre musique classique et musiques actuelles...

 

Le son est intiment lié à la matière. Il est provoqué et se propage par les vibrations de la matière et entre résonance avec elle. Un objet (ou une partie du corps), se met en effet à résonner s’il est touché par un son qui est en accord avec lui, qui a la même fréquence vibratoire. (C'est d'ailleurs le principe des résonateurs corporels utilisés par les chanteurs d'opéra pour enrichir leur timbre, (tête, poitrine etc.).

Dans le corps, les structures résonnantes pourraient correspondre aux chakras. Chaque chakra entre en résonance avec un certain son. De cette observation découle la théorie des sons qui guérissent (et toutes les théories récentes sur "l'effet Mozart", mais peuvent aussi détruire (Kia, c'est le cri qui tue au Japon, une arme de guerre.)

 

Le son à l'origine du monde

 

 Dans presque toutes les civilisations, on pense que le son est d'ailleurs associé à la Genèse, à la création du Monde :

- Pour les Indiens, le son est à l'origine du Cosmos, tout émet des sons dans la nature, s’harmonise, s’accorde au Diapason universel. (L'Harmonie des Sphères des Grecs...) Le célèbre mantra « om » est un des échos de la vibration primordiale.

- Chez les Egyptiens anciens, Thot crée par le Verbe, et les Dieux accomplissent ce qu’ils désirent en utilisant la puissance génératrice du son. Comme l’homme est doué de parole, Heka, la magie verbale est mise à disposition des humains. Mais ils doivent faire attention en l'utilisant car savoir le nom des choses c’est en être le maître. (D'ailleurs les Dieux cachent leur nom réel). C'est aussi valable pour la parole écrite d'ailleurs : c'est pour cette raison que le hiéroglyphe du serpent est représenté coupé par un couteau : on ne peut pas prendre le risque qu'il prenne vie.  

- Bien sûr, il y a aussi l'Evangile selon Saint-Jean "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu."Parole étant également traduit par le Verbe (le"Logos").

- A l'époque des Gaulois, on disait que le pouvoir des druides naissait de l'utilisation de la force du verbe créateur. Le Verbe aurait produit l’univers par l’effet des vibrations rythmiques du son primordial (idée développée par Tolkien également dans son Silmarillion). Forts de cette connaissance, les druides auraient élaboré un langage secret magique, constitué de syllabes, cris, modulations sonores, intonations et vibrations. Ces syllabes, qui doivent être prononcées correctement, seraient les émanations de l’énergie sonore primitive, les germes de l’Energie Première. Elles produisent des vibrations harmonieuses ou dissonantes capables de modeler ou détruire les énergies de l’univers. Celui qui maîtrise le pouvoir du son, la puissance occulte du Verbe, peut donc se rendre maître de ces énergies.

 

La cymatique ou comment le son organise la matière. 

 

1504280_713445068688591_607612320_o.jpg

 

La cymatique propose des expériences particulièrement impressionnantes (et déjà anciennes) sur la manière dont le son crée la forme. C'est la preuve la plus irréfutable de l'influence du son sur la matière. Le principe est de verser de l'eau ou du sable sur une plaque, et d'émettre un son. Des figures se formeront. Plus le son est aigu, plus les figures sont complexes. Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que ces figures se retrouvent dans la nature : dessins sur les carapaces des tortues par exemple. On se dit alors que cela semble confirmer les intuitions des traditions anciennes concernant la création du monde...

 

 

 

Voici une onde sonore "en images" (présenté au Musée de la Musique de Vienne)

 

Une autre expérience, réalisée par exemple au musée de la musique de Vienne et évoquée par Maria et Henri dans le roman, est celle d'une fontaine devant laquelle on diffuse des basses puissantes et régulières. Le filet d'eau de la fontaine bondit et se déforme au rythme des basses... Quand on sait que le corps d'une personne de 70kg contient environ 40 litres d'eau, on n'ose imaginer l'impact du son d'une rave party ou même d'une soirée disco sur un organisme, ...

 

La musique peut créer, guérir mais aussi détruire. Chez Tolkien, c'est par la musique que le dieu Illuvatar crée le monde, mais c'est aussi par une mélodie discordante que l'ennemi Melkor (Satan), introduit la discorde dans le monde, par une mélodie qui n'est pas en harmonie avec la musique de la création, qui n'est pas conforme à ce que les anciens Grecs et notamment Pythagore appelaient l'Harmonie des Sphères" (ces sons produits par la rotation des 7 planètes connues, symbolisés par les 7 cordes de la lyre d'Apollon.)

 

Une petite vidéo amusante qui va dans le même sens :


 

La musique a un pouvoir sur le corps et donc sur les sens. Elle peut agir comme une sorte de drogue, permettre d’atteindre une sorte d’extase, et de vivre des expériences sensuelles hors normes. Le son a également le pouvoir de créer une énergie forte, de mettre les foules à l’unisson, dans le cadre des concerts notamment. (C'est le même pouvoir que celui de la prière et de l’incantation.)

Sur ce point, il y a selon moi une différence entre la musique classique et beaucoup de musiques actuelles, les plus diffusées et les plus standardisés (Pop, Disco, Metal etc.) La musique classique ne parle pas seulement au corps, mais aussi à l’intellect et à l’âme. C’est pour cela que le rapport au concert classique ne peut pas être le même que celui d’un concert de variété. Le concert classique nécessite un certain recueillement. Il n'y a pas de participation physique du public, mais une attention silencieuse. La musique peut aussi provoquer un effet de transe dans la musique classique aussi, notamment chez Wagner, mais qui ne donne pas envie de "sauter" comme dans les concerts de variété. Sa musique provoque une sort d’extase intérieure, mystique, religieuse, un recueillement typique du concert classique et qui le différencie du concert de variété : c'est avant tout une expérience intime et personnelle.

L'effet de la musique classique sur un être humain est complexe, il est à la fois physique, intellectuel, et sensible. Comme toute musique, elle exerce un effet physique réel mais elle nécessite également une certaines culture pour être appréciée pleinement, et une certaine sensibilité. A mon avis, l'opéra, en rajoutant un impact dramatique, renforce le côté l'aspect "sensible" de la musique. 

 

La musique est caractéristique d’une époque et d’une société. Aujourd’hui, on observe un retour aux musiques ethniques, avec un travail sur les forces vitales primordiales et les rythmes cardiaques alors que la musique romantique du XIXème siècle s’intéressait aux vicissitudes de l’âme. Certaines musiques participent de l’épanouissement énergétique de l’être, elles nous réjouissent, d’autres nous détruisent et transmettent leur caractère agressif, disloqué, déstructurant. 

 

Le problème est que ces sons qui nous heurtent et nous détruisent sont omniprésents : pas moyens de participer à une soirée ou d'aller faire les soldes sans être agressé... Mais peut-on revendiquer le droit au rejets des musiques de notre temps sans se couper de notre temps ? A moins de chercher la porte de l'Atlantide... Comme nos Chevaliers et même Marsyas. 

 

En partant de ces observations sur le pouvoir du son sur la matière, il était aisé d'imaginer que le son pouvait ouvrir des portes... vers d'autres dimensions ! A cela s'ajoute la question de l'eau, qui est un passeur d'un monde à l'autre. Mais cela, c'est une autre question que je ne manquerais pas d'aborder !

 

Prochain article : musique dionysiaque et musique apollinienne, Apollon contre Marsyas... 

 

Julia Le Brun

 



19/06/2016
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres